Présentation d’Ophélie Boudimbou Auteure du livre « Kanika dans la cuisine de mamie »

Présentation d’Ophélie Boudimbou auteure du livre « kanika dans la cuisine de mamie »

Qui est-elle ?

Elle s’appelle Ophélie. Elle est auteure. Elle veut inspirer la curiosité et l’estime à travers la promotion de la richesse culturelle du continent africain.

Pour faire plus simple, elle s’épanouit en faisant rêver les enfants du monde entier avec des histoires courtes et inspirantes sur l’identité culturelle africaine.

 

Comment tout a commencé ?

Une problématique qui l’a frappée de plein fouet alors qu’elle gardait ses petits cousins comme tous les mercredis et qu’elle a réalisé qu’effectivement, entre les stéréotypes, le manque de diversité et de variété, les personnages d’origine afro-descendantes étaient clairement sous-représentés dans la littérature pour enfant.

Ils lui ont posé la question « Pourquoi aucuns des héros ne me ressemblent dans ces histoires ? » Elle aurait voulu leur présenter un livre avec des héros africains authentiques, des anecdotes du quotidien, des récits de l’Histoire et de la Culture identitaire africaine mais cela manquait cruellement. Elle espère que l’on répondra à ce problème d’invisibilisation passé à la trappe depuis des années, des décennies, main dans la main, tous ensemble, nous (mère, père, parent, enseignants et autres curieux).

Et puis une phrase de Toni Morrison lui est revenue en tête : « s’il y a un livre que tu veux lire mais qui n’a pas encore été écrit, tu dois l’écrire ». Et cela a résonné en elle comme une vérité, une mission, un feu sacré qui animait ses tripes et coulait dans ses veines : pour ses enfants à venir, ses cadets et cadettes, ses neveux et nièces, pour tous les enfants du monde, pour que tout le monde puisse en apprendre plus – et mieux ! – sur le continent que l’on surnomme encore « le berceau de la Vie » et qui est à ses yeux « le berceau de la culture », elle allait écrire des livres.

Ecrire, elle l’a déjà fait…

Toute petite, elle écrivait pour rêver ; puis elle a écrit pour se moquer de ses sœurs, pour évacuer et dompter ses sentiments à l’adolescence mais elle n’avait plus un but aussi fort par la suite. Plus jusqu’à cette question, jusqu’à cette mission. Mais une histoire sans conteur, sans relais, n’est rien de plus qu’un ensemble de lignes, un amalgame de phrases dont les mots resteraient tus.

Pour qu’existent les histoires qui viendraient faire découvrir tout ce patrimoine, il lui faut aussi s’en remettre à nous…

Nous qui avons des enfants, nous qui gardons ceux des autres, nous qui leur enseignons, nous qui animons des ateliers de lecture, nous qui leur permettons de découvrir les cultures de par le monde, nous sommes les moyens de parvenir à cette fin, cette découverte des autres, dans la tolérance, dans le bonheur de l’accès à plus de connaissance et à une culture encore trop souvent oubliée, laissée pour compte. Sur son site mais aussi sur ses réseaux sociaux, vous découvrirez ce qu’elle porte en elle et avec elle, ce que nous pouvons construire ensemble, avec elle et son projet dans ses moindres détails.

Au travers de cet album, ce n’est pas qu’une histoire qu’elle essaie d’amener à découvrir mais également une nouvelle vision de la vie sur ce continent avec les yeux d’une jeune fille qui y trouve une partie de sa famille et ses racines, le tout avec de la poésie et des aventures accompagnées d’illustrations douces et colorées réalisées par la très douée Ama illustratrice.

Elle a rencontré Ama via les réseaux sociaux et très vite, Elle a été captivée par son travail. D’abord, au travers de ses illustrations qui s’attachent à la valorisation des personnages diversifiées. Puis, en découvrant au fil de leurs discussions, leurs parcours de femmes noires et afro descendantes vivant en France. Elle lui a fait par du projet et elle n’a pas hésité à la rejoindre en apportant sa touche artistique à son texte.


Quatrième de couverture :

Kanika, une petite Parisienne curieuse et rêveuse part à la découverte de ses origines en Afrique, dans le village de ses grands-parents. L’héroïne y rejoint sa famille africaine, mais surtout sa Mamie adorée auprès de qui elle apprend l’Histoire et les grands classiques de la gastronomie du contient. Ensemble, elles font le tour des recettes les plus délicieuses d’Afrique. La cuisine de Mamie devient alors un lieu de découverte et d’aventure.

 

 

 

 

Voici le lien de mon premier article sur Kanika : ICI

Pour tout vous dire, je l’ai rencontré en vrai Kanika, alors à l’époque elle n’était qu’un bébé ! Ma kanika à moi elle s’appelle Lalie. Elle a été la toute première petite fille que j’ai accueillie chez moi en tant qu’assistante maternelle. Même si j’ai arrêté ce beau métier cette année pour celui d’ATSEM en école maternelle, je n’oublierais jamais sa petite frimousse, si jolie, si douce.

Je ne l’oublierais jamais puisqu’à l’époque n’ayant pas d’enfants, j’ai beaucoup douté quand à ma légitimité de faire ce métier. Et avec Lalie, cela a été naturel, tout était fluide, elle n’a fait que renforcer et confirmer le fait que j’aime travailler avec les enfants de 0 à 12 ans, et que oui c’est « mon truc ». Je crée facilement de liens avec les enfants, j’ai un bon feeling, je les accepte comme ils sont et ils m’acceptent comme je suis, je suis bien plus à l’aise avec eux qu’avec les adultes, ça a toujours été ainsi.

Je me souviens à l’époque que la puéricultrice m’avait posé la question si j’acceptais d’accueillir des enfants de familles ayant une culture différente. Sa question m’avait énormément surprise, car je ne m’étais jamais posée cette question. Cela sous entendrait que certaines assistantes maternelles refuseraient…  

On est tous identique, on est tous pareil, on a tous un cœur qui bat. La différence entre les peuples n’a de limite que dans les esprits bornés et limités, la frontière n’existe que dans la bêtise et l’esprit sans raison. On sourit tous dans la même langue. Quand j’ai découvert le livre d’Ophélie, j’ai tout de suite pensé à ma petite Lalie.

Vous pouvez retrouver Ophélie Boudimbou sur :

son site :  ptiboutsdhistoire

Delphine Jardinière de l’imaginaire


#auteurejeunesse #kanikabook #auteureautoeditée #autoedition #ophelieboudimbou #amaillustratrice #promouvoirrichessesculturellesducontinentafricain 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *