Vivre sans télé, c’est possible!!

J’avais envie de partager avec vous notre expérience.

Ça faisait longtemps qu’on avait envi de passer le cap, de ne plus avoir de télé à la maison! Mais on n’osait pas trop! 

Au mois de juin, notre télévision est tombée en panne. Hop un orage, et bim la télé a grillé. (Bon, elle n’était pas toute jeune non plus, 9 ans c’est pas mal)! Et comme on était bien occupé à préparer le déménagement, cela ne nous a pas vraiment dérangé. Et puis le mois de juin, c’est la période de la belle saison, où il fait beau et où il fait bon être dehors! On n’a donc pas pris le temps d’en racheter une!

Une fois installés dans notre nouveau nid douillet, on en a discuté longuement, on a pesé le pour et le contre et finalement, on s’est aperçu tout simplement qu’on en n’avait pas l’utilité!

La maison est beaucoup plus calme, on est plus tranquille et on trouve que les enfants sont beaucoup moins agités par le bruit de fond! (bon faut pas se leurrer non plus, ils ont quand même les nerfs en pelote en fin de journée, mais carrément moins).

On l’allumait déjà très peu en présence des enfants suite à une expérience!
Fut un temps où j’aimais regarder les clips à la tv, mais surtout j’écoutais la musique en vaquant à mes occupations. Sauf qu’une fois, dans un clip, il y a eu des énormes singes et là j’ai vu le visage de ma poupette changer littéralement de couleur. (Du rose, elle est passée au blanc mais blanc très pâle. Ses images lui ont fait très peur.)

Eh oui ! Sur le moment je n’avais pas tilté qu’elle aussi, elle ne faisait pas qu’écouter et jouer à côté mais qu’elle regardait également les images.

Avoir une télé, c’était aussi la facilité.

Je ne vais pas vous cacher que pendant une période, poupette en a mangé des dessins animés! Surtout à la fin de ma grossesse et à la naissance de son petit frère, j’étais tellement épuisée que la télé a été notre amie mais ça n’a duré qu’un temps!

Comment on fait si poupette veut voir un dessin animé?

Eh bien je lui met une application sur l’ordi ou la tablette. On choisit ensemble le dessin animé. (Oui, c’est sur que l’écran d’ordi ou de tablette, c’est pas mieux, mais du coup elle regarde peu!) 

On est passé de 1h/1h30 ou 2h à 30 mn par jour voir pas du tout ! Et ça se passe très bien!
Elle a le droit de regarder 30 mn après la douche, en fin de journée juste avant le repas, parfois il n’y a pas de dessins animés comme hier soir, ou sa douche a été décalé parce qu’on a joué un plus à des jeux de sociétés! Le matin, avant de partir à l’école, il n’y a pas de dessins animés non plus. Parfois, suivant nos activités du week-end, c’est pareil la tablette reste éteinte.

Les bénéfices que l’on a pu observer au quotidien.

On a pu observer qu’au quotidien, on prend plus le temps de s’écouter les uns les autres au lieu d’écouter la télé. Je suis plus à l’écoute et je suis relativement beaucoup plus calme. Je ne regarde plus les informations à la télé, qui sont beaucoup trop anxiogènes à mon goût. Et je trouve à mon grand désespoir qu’il y a vraiment une banalisation de la violence à la télé qui me dérange sincèrement.

On est plus dans le partage et la communication. On a pu également observer que poupette allait plus facilement prendre un livre et s’isoler au calme ou dessiner, jouer. Parfois, si je sens qu’en fin de journée, elle a trop les nerfs, je lui refuse la possibilité de voir un dessin animé car j’ai pu remarquer que chez elle, rien qu’un petit dessin animé pourtant calme, pouvait avoir l’effet inverse et l’énerver encore plus. A ce moment-là, je n’ai juste à gérer son émotion et sa frustration et cela rentre assez vite dans l’ordre. Elle s’oriente vers une autre activité.

Petit récap’ des points positifs :

– Plus d’espace dans le salon. (c’est indéniable!)
– Plus de calme (on n’a pas ce bruit de fond qui fatigue).
– Permet de limiter le temps sur la tablette ou l’ordi! (eh oui parfois c’est balo y a plus de batteries).
– Plus d’échanges (on a le sentiment d’être plus connecté les uns aux autres).
– Moins tenter de procrastiner devant la tv.
– Plus de temps de jeux, de lecture, de partage.

On a pu remarquer aussi, en allant dans la famille ou chez des amis, qu’on ne supporte plus la télé allumée en bruit de fond. Cela nous colle des maux de têtes assez fort.

J’ai pu rencontrer par le biais de mon travail, des enfants complètement accros à la télé. Des enfants qui n’ont pas de timing télé, et qui même petits ont pu voir des films non adaptés à leur âge!

Chez ses enfants, la télé est allumée du matin au soir, même si personne ne la regarde, parce que c’est un peu comme « une tradition » à la maison. Cela fait réfléchir de voir des enfants qui pètent un câble, qui rentrent dans une colère monstrueuse parce qu’ils sont clairement en manque de télé et que je leur ai refusé.
Je ne juge personne, ni les parents ou autres membres de la famille, chacun a ses propres raisons et fait comme il peut, ou au mieux qu’il peut. Moi-même, pendant une période, j’ai abusé de cette télé.

Ce billet, c’est vraiment pas pour interdire et prendre la tête à tous le monde!

Il n’y a aucun intérêt à interdire la télé ou interdire de voir les dessins animés. Interdire = transgression. Si on interdit, l’enfant trouvera une solution pour regarder la télé ailleurs que chez lui. Ce billet, c’est juste pour partager notre expérience, juste pour donner à réfléchir. Je pense qu’il faut être responsable, surveiller les programmes que regardent nos enfants et combien de temps. Trouver des solutions et faire des compromis. 

A bientôt

Delphine Jardinière de l’imaginaire

#vivresanstv #notvalamaison #notvathome #partage #vivreensemble #timingtv #surveillerlesprogrammes #experiencesanstv #consommerresponsable #dessinsanimés

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *