Un billet pour parler de cette bonne vieille fête des mères !

C’est avec un peu de retard que je vous partage ce billet.

Hier, dimanche et jour de fête des mères, j’étais sur la route pour la Haute-Savoie (ou plutôt dans les airs!) Ce fut un peu la folie à Bordeaux, entre les vols retardés et supprimés, on a failli ne pas décoller! Enfin bref, nous sommes arrivés à destination et on visite +++ pour nous trouver un nouveau petit nid douillet!

Vendredi dernier, en allant chercher ma petite demoiselle à l’école, elle tenait dans sa main un joli paquet ! Le sourire aux lèvres, les yeux pétillants d’amour et trop fière de sa surprise, elle me dit :
– « c’est pour la fête des mères, je te l’ouvre après le goûter, d’accord ? ».

J’essaye en vain de lui expliquer que la fameuse fête des mères n’est que dans deux jours, et que c’est ce jour là qu’on est censé ouvrir le ou les cadeaux !
Elle a fini par m’ouvrir sa jolie pochette, pour me donner sa surprise : un cadre fait main avec sa photo ! Trop mignon. Une adorable attention!

Petit résumé de l’histoire de la fête des Mères :

La fête des Mères est une fête annuelle célébrée en l’honneur des mères dans de nombreux pays. C’est à cette occasion, que les enfants offrent des cadeaux à leur mère, des gâteaux, des fleurs ou des objets qu’ils ont confectionnés à l’école ou à la maison. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur mère. La date varie d’un pays à l’autre mais la majorité d’entre eux a choisi de célébrer durant le mois de mai.

En quelques dates :
– Les premières traces de célébration en l’honneur des mères sont présentes dans la Grèce antique, lors des cérémonies printanières en l’honneur de Rhéa(ou Cybèle) la mère des dieux et notamment celle de Zeus.
– Des fêtes religieuses romaines célèbrent les matrones le 1 mars.
Toutes ces célébrations ont lieu au printemps qui est le mois de la fertilité.
Au XVe siècle, les Anglais fêtent le Mothering Sunday, d’abord au début du carême puis le quatrième dimanche du carême.
En 1908, les Etats-Unis développent la fête des Mères moderne telle qu’on la fête aujourd’hui, en instaurant le Mother’s Day.
– Le Royaume-Unis adopte à son tour cette fête en 1914,
– puis l’Allemagne en 1923.
– En France, en 1918, la ville de Lyon célèbre la journée des mères en hommages aux mères et aux épouses qui ont perdu leurs fils et leurs mari pendant la première guerre mondiale. En 1920, est élaborée une fête des mères de familles nombreuses puis le gouvernement officialise une journée des mères en 1929, dans le cadre de la politique nataliste encouragée par la République. (eh oui après la guerre, il faut faire des bébés, pour rebooster l’économie). En 1950, fut instauré une date de la fête des mères de manière officielle.
Depuis sa création, la fête des Mères est devenue très commerciale, en particulier aux Etats-Unis, ou les Américains ont dépensés près de 20 milliards de dollars durant la fête des Mères en 2014, cela représente une moyenne de 160 dollars par personnes (soit 137€).

Mes sources : Wikipédia et joursferies.fr

J’ai donc comme à mon habitude, réfléchi un peu sur la signification de cette fête. Et me suis posée cette question : Que signifie encore la fête des mères de nos jours en 2018 ??

A mon avis, on tend plus vers ce que font les Américains, on est rentré dans une fête commerciale du même style que la Saint Valentin.

Du coup, je trouve que la fête des mères n’est plus dans le même esprit ! Elle a perdu tout son charme, sa spontanéité.

Quand on allume la télé, la radio, même sur le net, on nous rabâche la tête avec des promotions sur les fleurs pour la fête des mères, des cadeaux, des parfums et blablabla ! Ils nous font croire que l’on fait une bonne affaire en achetant tel ou tel truc mais franchement, ils nous prennent pour qui ? Vous croyez que nos mamans valent des fleurs à moitié prix ? Pour qui ils se prennent ?

Bon je vais sûrement paraître encore trop sentimental, trop fleur bleue, mais j’assume, je suis comme ça ! Et l’amour dans tout ça ?

Devons-nous apprendre à nos enfants que l’amour est une récompense ? Qu’on les aimera encore plus si ils nous offrent le dernier parfum à la mode, le dernier sac ou encore le dernier bijou ?

Pour moi, l’amour n’est pas une récompense, mais plutôt un carburant ! L’amour me motive. Les matins ou le réveil est difficile car la nuit fut agitée (on est en plein dedans, merci les poussées dentaires, les cauchemars, les terreurs nocturnes et autres abonnés lol), dès que je vois leurs petites frimousses, eh bien! j’ai oublié ! Tout oublié ! Et c’est pareil dans l’autre sens, nos enfants ne nous aimeront pas plus parce qu’ils auront tout eu, bien au contraire !

J’ai apprécié cette jolie attention, ce temps pris pour me bricoler un cadeau! Mais je n’ai cependant pas oublié de préciser à ma fille, que même si elle n’avait pas préparé de surprises à l’école ou à la maison, je l’aimerai quand même, toujours, et que ces gros bisous, ces gros câlins et ces mots doux au quotidien sont bien plus important pour moi ! Et vous savez comment elle a réagi ?? La bouche pleine de chocolat, elle est venue me faire un gros câlin et un gros bisous en me disant des mots tout doux.(ah ah ah)

Je pense que cette fête, elle est old school, dépassée, périmée ! c’est normal même et heureusement que les choses évoluent mais dommage que le business prennent le dessus ! Ca m’écœure un peu cette société de consommation. J’essaye de m’en défaire et ce n’est pas sans peine.

Finalement, le plus important, c’est que chacun célèbre cette fête des Mères comme il l’entend. Chacun en fonction de ces propres codes, de ces propres valeurs et de ces propres choix. Et ça se respecte aussi !

A bientôt!

Delphine Jardinière de l’imaginaire

 

#fêtedesmeres #cadeau

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *