Atelier des émotions dans la classe maternelle de ma fille (atelier 4)

 

Aujourd’hui, fut le 4ème atelier sur le thème des émotions dans la classe maternelle de ma fille.

Durant cet atelier, nous avons abordé le thème de la colère.

Je leur ai donc fais la lecture de mon livre que j’ai auto-édité « le petit dragon de Léopoldine ». Autant lire les livres d’autres auteurs et illustrateurs est une chose plutôt aisée mais lire son propre ouvrage devant un public quel qu’il soit, l’est beaucoup moins. Je fus quelque peu intimidé sur les premières pages et ensuite, l’appréhension s’est envolée.

J’ai eu un bon retour des enfants, ils semblent avoir bien compris le message du livre. Je leur ai expliqué que la colère est une émotion tout a fait saine et naturelle, que l’on peut exprimer sa colère, qu’il vaut mieux l’extérioriser que l’intérioriser. Suite à la lecture, nous avons échangé sur la colère, je leur ai posé des questions comme :

  • est ce que cela vous arrive de ressentir de la colère?
  • dans quelle circonstances, a quel moment?
  • qu’est ce que tu ressens?
  • comment réagis-tu?
  • as-tu ressenti une autre émotion?

A ces questions, ils ont su me répondre et me faire quelques confidences. Certains pensent ne pas ressentir de colère ou ne l’expriment pas, ou pas de façon direct, en boudant par exemple. D’autres se mettent à crier, à pleurer (ils m’ont donné des détails), parfois ils tapent.

Pour les moments et les circonstances, d’après certains enfants, ils sont en colère au moment ou leur papa ou leur maman « leur tapent les fesses », d’autres sont en colère lorsqu’on leur prend leur jouet des mains, d’autres sont en colère quand leur frère ou leur sœur les embêtent et ils sont tous en colère quand ils veulent quelques choses qu’on ne peut pas leur donner! 

A cette émotion, s’ajoute la peur ou la tristesse pour certains. Et toutes ces émotions mélangées, ils se retrouvent tout barbouillés comme le petit monstre des couleurs d’Anna Llenas.

Cet atelier a pu régler un évènement qui a eu lieu en classe juste avant l’atelier. Deux petits garçons se sont disputés et un petit a tapé l’autre. Nous les appelleront Timéo et Mathéo, pour préserver leur identité. Au moment de s’installer autour de la table ronde, Timéo (celui qui a été tapé) ne voulait pas s’asseoir à coté de Mathéo(celui qui a tapé). On a pu en discuter. Timéo a pu mettre des mots et dirent ce qu’il a ressenti lorsqu’il a été tapé, ca l’a rendu triste et en colère. Mathéo a pu entendre son copain, il a compris ce qu’il ressentait, il a fait preuve d’empathie. Ils se sont écoutés mutuellement. Ils n’avaient pas besoin d’excuses mais simplement d’être entendus dans leurs ressentis respectifs.

Au moment de débuter l’atelier, une petite fille s’est mise à pleurer. Je lui ai demandé ce qu’il s’était passé et ce que je pouvais faire pour l’aider à aller mieux. Elle m’a expliqué qu’elle était tombée et qu’elle s’était fait mal a sa jambe. Je lui ai proposé un câlin et un bisou. Elle a accepté, la magie des câlins répare tout les chagrins. Ensuite, je lui ai donné le petit monstre de l’amour en feutrine que leur atsem leur a fabriqué. Elle a tout de suite serré très fort dans ces bras. Et ça allait déjà mieux. Sa copine assise a coté d’elle, lui a demandé gentiment le monstre amoureux tout doux pour qu’elle aussi puisse le câliner, elle le lui a donné. Pour la remercier, elle lui a fait un bisou. J’ai trouvé ça tellement adorable! Et je vous jure que l’amour c’est communicatif car les deux copains qui s’étaient fâchés un peu plus tôt, se sont eux aussi fait des bisous. Un moment trop chou qui démontre clairement que l’empathie, l’écoute et l’attention fonctionnent réellement avec les enfants.

Après leur avoir lu l’histoire de Léopoldine, nous sommes passés à l’activité manuelle que j’ai orienté vers une activité sensorielle. En effet, je me suis dis qu’associer la matière de la pâte à modeler était compatible avec le thème de la colère! La pâte à modeler est malléable un peu comme nos émotions.

J’ai choisi la pâte à modeler de couleur rouge pour représenter et rester dans ce thème émotif.

Les enfants avaient pour consigne de créer leur visage de la colère. J’avais imprimé un visage en amont sur une feuille puis plastifié, pour que la pâte à modeler glisse sur la feuille et adhère mieux. (je vous joint le PDF à la fin de l’article).

 

Les enfants se sont donc amusés à faire les yeux, le nez, la bouche, en exprimant la colère. Ils ont rajouté les oreilles et des cheveux. 

Ils ont laissé libre court à leur imagination, à leur créativité. On a discuté, on a rigolé, on a mimé la colère, fait des grimaces. C’était chouette de les retrouver.

Dominique leur enseignant, m’a confirmé que les enfants sont impatients avant chaque atelier. Le thème des émotions est un sujet qui les intéressent beaucoup. Dans la classe, ils ont les marionnettes, les cubes et les bouteilles des émotions à disposition. Ils vont tous régulièrement manipuler et trier leurs émotions avec la laine dans les bouteilles.

De plus, sa collègue a commencé par lire le livre « Grosse colère » à sa classe. Il en a profité pour lui partager notre projet, et les interventions que je fais dans la classe. Il lui a montré le livre du petit monstre des couleurs. Elle a adoré, et du coup, avec les enfants elle va aborder toutes les émotions. Au final, c’est ça qui est chouette, partager, semer des graines. 

Soyons tous des jardiniers et des jardinières !

Semons des graines, un jour elles germeront!

Delphine Jardinière de l’imaginaire

 

 

Liens des premiers ateliers :

atelier N°1

atelier N°2

atelier N°3

 

Fichier PDF du visage à imprimer et plastifier :

visage

 

#emotions #educationemotionnelle #lacolere #partager #semerdesgraines #lacouleurdesemotions #lemonstredescouleurs #livrejeunesse #lepetitdragondeleopoldine

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *