Atelier des émotions dans la classe de ma fille (atelier 7)

Lundi, j’ai retrouvé les enfants de la classe maternelle de ma fille pour continuer nos ateliers sur le thème des émotions. Nous avons aborder la Tristesse.

Je pense que ce fut l’atelier le plus difficile pour moi à préparer. Je me suis rendue compte que je n’avais pas de livres dans cette thématique et au moment de le préparer, j’ai eu comme un blocage. A la maison, on parle souvent de la Colère, des Peurs, on aborde souvent la Sérénité par le biais de la relaxation, en puisant à volonté nos ressources dans l’Amour et la Joie. Mais la tristesse on n’en parle pas tellement, on accueille cette émotion et cela s’arrête là.

Lors de notre dernière réunion, j’ai demandé à mes collègues de l’association « des pas et des ailes » que l’on vient de créer sur Sallanches (je vous en parlerai bientôt), des idées pour réussir à aborder la Tristesse. Je les remercie beaucoup.

Ma crainte en proposant cet atelier était que les enfants se mettent à pleurer, ou sortent de la séance triste. Ou qu’en leur posant des questions sur leurs ressentis, ils finissent par aborder des sujets sensibles tels que la mort. En atelier philo pour les enfants, cela doit être très enrichissant mais je n’y suis pas formée donc pas très à l’aise. Et avec mon hypersensibilité, j’appréhendais de verser quelques larmes avec eux.

Avec Dominique (l’enseignant), nous avons cherché chacun de notre côté des livres sur lesquels nous appuyer. Il m’en a proposé plusieurs, certains ne me parlaient pas, ils évoquaient en effet un personnage qui pleuraient mais cela survolait le sujet. J’ai cependant eu un gros coup de cœur pour ce livre « Un bol de tristesse pour Nour » de Kochka et Marie Leghima.

voici le lien sur ma sélection : (mes livres sur le thème de la tristesse)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons donc choisi ces deux livres ci-dessous.

« Un océan de tristesse » par Anna Ludica, Chiara Vignocchi et Silvia Borando

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce livre se lit en 2 temps. Une première fois ou il aborde la tristesse de façon humoristique et plein de jeux de mots. Puis, on retourne le livre pour découvrir un océan de bonheur,

 

pour voir la vie du bon côté. Un clin d’œil qui explique aux enfants que l’on peut être triste dans certaines situations mais qu’en changer son point de vue, et sa façon de voir les choses cela aide à positiver et on peut être dans la joie.

 

 

 

 

 

 

Gros coup de cœur pour :

« D’ou il vient ce gros chagrin » d’Anne Gaelle Balpe et Cécile Vangout

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un livre tout en douceur de part ses dessins et son texte. Ce livre raconte l’histoire d’une petite fille au prénom inconnu. Elle se réveille un matin avec un gros chagrin assis sur son lit. Ils discutent et décident de partir ensemble à la recherche des raisons de sa présence. Au final, ils échoueront mais elle trouvera elle même la solution pour aller mieux. Elle décide de faire rire son gros chagrin. Elle le fait rire en se déguisant, en faisant des grimaces, et en dessinant. Et plus elle le fait rire « et se fait rire elle même », plus son chagrin diminue pour finir minuscule dans sa poche. Un livre qui explique que finalement chercher la cause de la tristesse n’est pas si important, il vaut mieux accueillir l’émotion, la définir puis ensuite l’accepter. Et pour finir, utiliser quelques outils tel que le rire pour l’évacuer en douceur et revenir dans la Joie.

Pour débuter l’atelier, j’ai donc commencé par leur poser quelques questions sur ce qu’évoquait pour eux la tristesse et sur leurs ressentis.

Ils m’ont dis que lorsqu’ils étaient tristes, ils pleuraient et des larmes coulaient sur leurs joues. Ils pleuraient quand ils se faisaient fâcher par leurs parents ou pour certains quand ils ont peur. Ils ont compris que comme le petit monstre des couleurs, parfois plusieurs émotions se mélangent.

J’ai donc commencé l’atelier par la lecture du livre « un océan de tristesse » et je leur lirais la suite à l’envers « un océan de bonheur » lors du prochain thème sur la Joie pour faire le lien. Puis, j’ai continué avec la lecture « D’où il vient ce gros chagrin ». Après la lecture de ce dernier, je leur ai proposé de dessiner à leur tour leur bonhomme de la tristesse. Ils se sont bien pris au jeu.

Voici quelques un de leurs dessins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai clôturé l’atelier en leur apprenant quelques signes des émotions de la LSF (Langue des Signes Française) tirés du livre « Encore! » de Monica Campanys, Isabelle Thomas et les illustrations de David Ohana.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

voici quelques extraits du livres :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai fini par le dernier signe « content »

 

 

 

 

 

 

 

 

pour éviter de les laisser dans la tristesse et faire le lien avec le prochain thème dans 15 jours sur la JOIE.

Ce fut encore un chouette moment partagé avec eux. Je suis encore plus convaincue que l’éducation émotionnelle est une des base pour communiquer en bienveillance et respect avec les enfants. C’est un vrai sujet qui les intéressent.

Une petite phrase à méditer..

« Si les yeux sont le miroir de l’âme, les émotions en sont le langage.. »

Delphine Jardinière de l’imaginaire

#émotions #educationemotionnelle #tristesse #litteraturejeunesse #livre #trésorlivresque #languedessignes #lsf

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *