Notre table des émotions

Pour ceux et celles qui me suivent, vous avez compris que l’éducation émotionnelle est en quelque sorte mon fer de lance.

Il y a maintenant presque 3 ans que j’ai participé aux ateliers Faber et Mazlish. C’est lors de ces ateliers, que j’ai compris que je pouvais exprimer mes émotions, que j’en avais le droit et que je pouvais apprendre à les maîtriser. Dans mon cas je peux dire que cela m’a fait comme un électrochoc.

Les ateliers Faber et Mazlish? Quesako???

Ce sont des ateliers à l’intention des parents, des professionnels de la petite enfance, adressés à toutes personnes en relation de près ou de loin avec les enfants/ados. Ce sont des outils concrets destinés donc aux adultes qui souhaitent améliorer leur mode de communication avec les enfants et les adolescents, à la maison, à l’école ou tout autre lieu ou ils sont en contact. Ils font suite aux livres d’Adele Faber et Elaine Mazlish (voir livre ci dessous)

Ils sont répartis en 7 ateliers avec un module différent à chaque fois. On peut quasiment trouver des ateliers un peu partout maintenant dans chaque ville. Je t’encourage vivement si cela t’intéresse à rechercher dans ta ville ou celles aux alentours car c’est vraiment enrichissant autant sur le plan personnel que sur le plan relationnel. Les échanges entre participants sont très riches, motivants et encourageants.

Donc toujours dans cette continuité d’apprendre à mieux communiquer avec mes enfants (et les enfants en général) (et mon conjoint par la même occasion), j’avais envie d’installer une table des émotions à la maison!

Il y a quelques mois, j’avais vu et lu sur le blog de Planète Parentage, qu’Ana avait réalisé un espace de retour au calme, mit en place avec des box émotions pour aider ses enfants à mieux gérer et à apprivoiser leurs émotions! (vous trouverez les lien à la fin du billet).

Notre petit bonhomme commence à mieux exprimer ses émotions et parfois il se met en colère. Il tape puisqu’il n’a pas encore complètement acquis le langage. Et j’ai pu remarquer que lui aussi comme sa grande sœur et comme beaucoup d’autres enfants, quand il est en colère, il a également peur! Il est dévasté par cette colère qui s’empare de lui et ne sait pas quoi en faire à part se rouler par terre, hurler et pleurer. Une vraie tempête émotionnelle.

J’ai donc réfléchi pour aménager un espace de retour au calme à la maison pour les enfants mais aussi pour nous les parents! Cette table des émotions se veut ludique et colorée! Une table vers laquelle on a envie d’aller! 

Mon petit bonhomme est actuellement très intéressé par la table, il y va plusieurs fois par jour. Il manipule, touche, observe, regarde les livres. Lors d’une crise de colère, je lui parle calmement, (si je m’énerve cela empire) je lui formule qu’il a le droit de vivre cette colère pour telle ou telle raison. Il a le droit de pleurer, de crier, mais pas de taper. Que je reste à coté de lui, ou que je continue de le serrer fort dans mes bras. (souvent ça le rassure d’être dans mes bras). Sa grande sœur est toujours très intéressée par cette table des émotions même si elle y va un peu moins puisque maintenant elle les formule clairement! Lorsqu’elle a une pulsion et qu’elle me tape, elle vient s’excuser et me demande de lui pardonner. On en discute, on règle le désaccord (parfois on trouve un compromis) puis on passe à autre chose.

Sur cette table, il y a :

  • des livres! Car je suis convaincue que les livres sont un bel outil qui permet de passer des messages tout en s’amusant.

voici le lien de mon article remis à jour Nos livres thème émotions.

  • nos bouteilles de retour au calme.

Voici le lien si tu souhaites en fabriquer toi aussi : Nos bouteilles Sensorielles

  • nos marionnettes en feutrine.

  • nos bouteilles des émotions.

Dans la symbolique, lorsque l’enfant est en colère, il sort la laine rouge de la bouteille et en la sortant c’est comme s’il vidait la colère dans son cœur. Puis, ensuite pour remplir a nouveau son petit cœur de bonnes émotions, il peut sortir la laine jaune (joie), la laine rose (l’amour) ou la laine verte (la sérénité).

  • la roue des émotions.

Elle permet d’exprimer son humeur du jour.

  • le cube des émotions. (Ces derniers points étant inspiré du livre d’Ana Llenas « la couleur des émotions »)

(les liens du cube et de la roue des émotions du blog « l’école des Juliettes » sont à la fin du billet).

  • nos coussins de la colère.

J’ai entendu parler de cette polémique au sujet des coussins de la colère qui soit disant invitent l’enfant à reproduire la violence et patati et patata. Bon, je pense qu’il faut remettre les choses à leurs places. Un enfant a des pulsions, il est incapable de les gérer. Lors de colère, l’enfant souvent tape. Je pense que plutôt que de dire « non c’est mal de taper » et de bloquer l’enfant dans le fait d’exprimer son émotion. Je pense qu’il faut au contraire l’encourager à l’exprimer, et l’aider en lui apprenant comment faire. C’est à dire, en lui expliquant ce qu’il peut faire et ce qu’il ne peut pas. Lui donner des limites va le sécuriser. Lui expliquer qu’il a le droit d’être en colère, qu’il a le droit de crier, de pleurer, mais qu’il ne peut pas taper car cela a des conséquences, il peut blesser et faire mal. Par contre, s’il a cette pulsion et cette envie de taper, l’inviter à taper le coussin. Ce n’est pas parce qu’il va taper le coussin, qu’il va finir délinquant juvénile et fera un adulte violent. J’ai pu tester cette méthode avec ma fille qui avait de fortes pulsions pendant ces tempêtes émotionnelles. En grandissant, ces colères se sont bien atténuées et durent moins longtemps. Je l’invitais à taper le coussin de la colère, je peux vous assurer qu’à bientôt 5 ans, c’est une petite fille douce et adorable. Elle a encore de temps en temps des pulsions mais moins qu’avant et maintenant elle s’excuse oralement.

  • notre Mangetracas. Inspiré de l’avale soucis de chez Hoptoys. (lien à la fin du billet)

(voici le lien de l’article remis à jour Mangetracas)

Il y a également une boîte avec différents jeux à manipuler, des jeux de différentes matières, différentes textures pour se détendre et penser à autres choses! Pour aider également à la concentration.

on y trouve :

  • des fidgets : (liens ou les trouver à la fin du billet)

des fidgets, quesako ???

De l’anglais, voulant dire «remuer», «tripoter», «frétiller», «avoir la bougeotte», les fidgets sont des petits outils s’adressant aux enfants et adultes hyperactifs/TDAH ou ayant des troubles de l’attention et de la concentration. Ils s’utilisent à l’école, à la maison ou en milieu professionnel et aident à focaliser l’attention en proposant un exutoire moteur aux tensions et désirs de mouvement.

Ces divers objets encouragent la manipulation : ils se malaxent, se triturent dans tous les sens et procurent un bien être tactile. Discrets, ils se glissent dans le sac, la trousse, la poche…

(source Hoptoys)

Fidget en bois, à tourner encore et encore

Fidget tangle en velours à tourner encore et encore 

Des objets à mordiller

Les enfant ont par période ce besoin de mordre. C’est souvent le doudou qu’ils mordent, qu’ils mastiquent ou le drap du lit ou le t shirt de papa ou maman. Alors il existent des petits bijoux à mordiller! Testé et  approuvé par les enfants ici. Cela soulage leurs pulsions, leurs tensions en douceur.

Des jeux pour mettre les anneaux sur le pic

(avec un bémol parce que ça peut vite agacer, donc je ne le propose pas pour revenir au calme)

Dans la deuxième boite, il y a :

  • « nos bonhommes patates » que l’on peut malaxer à volonté pour s’apaiser. 

(le lien vers l’article si tu souhaites en fabriquer nos bonhommes patate à malaxer)

 

  • nos marionnettes des émotions dont une que ma fille à fabriquer ces derniers jours à l’école! cette marionnette fait suite aussi aux ateliers que j’anime dans la classe.

LE MONSTRE DES COULEURS TOUT BARBOUILLE

LE MONSTRE DES COULEURS : L’AMOUR

(fabriqué en classe par ma fille)

  • un album photo : j’y ai mis des photos bien entendu mais des photos particulières. Des photos ou l’on se fait tous des câlins! Des moments tendres partagés pour immortaliser toute cette douceur et tout cet amour à la maison. ( oui c’est un peu les bisounours ici)

  • la pensée toltèque. Je détaillerais les accords toltèques dans un autre billet. Je n’ai pas encore expliqué cette pensée à ma fille (je la trouvais trop petite jusqu’à présent) mais cela va venir bientôt. (lien de l’affiche à la fin de l’article)

 

Liens complémentaires : 

son espace de retour au calme 

apprentissages des émotions avec ses box émotions

 

 

 

Voilà je t’ai présenté notre table des émotions. J’espère que tout ces outils pourront t’être utile. N’hésites pas à les tester car certains fonctionnent avec certains enfants et d’autres non. C’est comme ça que j’ai pu trouver des outils qui fonctionnaient pendant un certain temps au moins avec ma fille, et j’en essaye d’autres à nouveaux aujourd’hui pour elle et son petit frère. L’enfant évolue, il grandit, il faut donc s’adapter, lui en est incapable. Son cerveau est trop immature. C’est à nous de les aider. L’éducation émotionnelle est un apprentissage au même titre que les autres, j’en suis intimement convaincue. A toi de créer ta table des émotions.

Voici quelques photos de notre espace des émotions :

Continuons à semer des graines

Delphine Jardinière de l’imaginaire

 

#educationemotionnelle #outilludiquesensoriel #apprentissageemotion #maitrisersesemotions #lesenfantsetlesemotions #partage #exprimersesemotions #tabledesemotions #espacesensoriel #espacedesemotions 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *