DIY Attrape-rêves!

La légende huronne du capteur de rêves :

« Il y a bien longtemps, lorsque le monde était encore jeune, dans un village autochtone, un Homme dormait avec ses frères et ses sœurs dans leur maison longue. Un jour, l’homme partit à la chasse pour aller chercher le repas pour les prochaines lunes. Il partit loin, afin de trouver un orignal s’abreuvant d’eau de source pure coulant de la montagne. Il traversa rivières et fleuves avec courage et détermination, sans apercevoir de chevreuils, ni d’orignaux dans les environs. Il décida alors de partir vers une montagne, songeant que le repas allait bientôt être servi.
En chemin, il aperçut une grotte immense dans laquelle pouvait se trouver n’importe quelle bête. Il y entra en y projetant tous ses espoirs. Dans la grotte, l’orignal était absent. A la place un esprit malveillant s’y trouvait. L’homme se sentit mal, certain d’une sombre présence dans ces profondeurs. C’est alors qu’une bête surgit. Des yeux couleur de sang, un poil noir comme la nuit, un museau retroussé et des crocs prêts à mordre la chair. L’homme sursauta et s’enfuit, paniqué, abandonnant son arc derrière lui, avec une minuscule lueur d’espoir de rester en vie.
De retour au village, l’homme avait les bras vides. Pas de nourriture, ni d’armes pour chasser d’autres bêtes. Et il était terrorisé à l’idée de retourner à la chasse. Le soir-même, il n’arriva pas à trouver le sommeil. Dès qu’il s’endormait, il voyait encore ces deux yeux couleur de sang le fixer et la bête au poil noir prête à le dévorer. Le soir suivant, il essaya à nouveau de dormir, mais sans résultat. Nuit après nuit, lunes après lunes, l’homme ne pouvait plus dormir sereinement. L’esprit de la bête aux yeux de sang le hantait. Plusieurs soleils passaient et rien ne changeait.
Une nuit, l’homme se leva après un cauchemar. Il sortit du village et partit vers la forêt. Mais, exténué, il s’endormit sur le sol couvert de branchages. Le lendemain à l’aube, l’homme se réveilla impressionné : il n’avait fait aucun cauchemar. Il leva les yeux et aperçut une toile d’araignée où perlait la rosée du matin. Il fit pareil la nuit d’après, aucun cauchemar. Depuis, l’homme s’endormit toujours près de la toile qui, au matin, s’illuminait des rayons du soleil. Puis, il raconta cette histoire à son peuple, qui adopta cette technique. » (source wiki)

♥♥♥♥

Nous sommes fan d’attrapes-rêves! Ma fille ayant eu une période de cauchemars et de terreurs nocturnes, nous nous sommes dit que cela pourrait être bien de les fabriquer nous-même et d’en accrocher au-dessus de son lit et dans sa chambre.

Le capteur de rêves est une pièce artisanale perpétuant une légende Amérindienne. Tissé un peu comme une toile d’araignée, il est composé d’un cerceau, et d’un réseau de fils en forme de filet. Les décorations qui le composent sont différentes pour chaque capteur de rêves. Selon la croyance populaire, il empêche les mauvais rêve d’envahir le sommeil de son détenteur. Agissant comme un filtre, il capte les songes envoyés par les esprits, conserve les belles images de la nuit et brûle les mauvaises visions aux premières lueurs du jour.

Nous avons testé de fabriquer nos attrapes rêves de deux façons différentes. Nous les avons fait à quatre mains, toujours dans une optique à moindre cout, de récup’ avec les trésors qui trainent dans nos tiroirs.

♥♥♥♥

Attrape-rêve version assiette en carton

Après avoir évidé le centre de l’assiette, elle a décoré le contour.

J’ai ensuite fais des trous, pour qu’elle puisse enfiler la laine et créer sa toile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a ensuite enfilé des pierres et des perles, ainsi que des plumes trouvées dans le jardin. J’ai récupéré les perles et les pierres d’un collier un peu démodé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attrape-rêve version branche de noisetier

Pour celui, j’ai coupé une branche de noisetier. Après m’être renseignée (merci Laure Derail pour vos conseils) et à défaut d’avoir un saule pleureur ou des végétaux de type liane à tresser dans le coin, nous avons préféré utiliser une branche de noisetier pour sa souplesse.

J’ai donc attachée la branche la veille de l’atelier en « forme » de cercle. (bon ca ressemble plus à un ovale.)

 

 

 

 

 

 

 

Elle a ensuite entouré les branches aux couleurs de laine de son choix. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La partie suivante fut plus difficile pour elle. Je l’ai donc aidé. Nous avons tissé notre toile avec de la laine mais cela aurait surement été plus facile avec un fil un peu plus solide de type cordelette fine.

 

 

 

 

 

 

 

Elle a ensuite inséré les perles en bois et les plumes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On est assez fière du rendu pour notre première expérience de fabrication d’attrape-rêves! On va en refaire avec des pierres et coquillages pour mettre sur notre balcon!

A très vite pour partager d’autres activités créatives!

Delphine La Jardinière de l’Imaginaire


#activitémanuelle #activitéenfant #DIYattrapereves #récup #déco #créativité 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *