7 astuces pour voyager en voiture avec vos enfants sereinement

Lors de nos dernières vacances en février, nous sommes rentrés voir nos famille pour la première fois depuis notre déménagement .
On appréhendait un peu car 9h de route (en comptant les pauses), traverser la France dans sa largeur avec deux enfants de 4 ans et demi et 22 mois, cela peut vite dégénérer.
C’était important pour nous de bien préparer ce voyage en voiture. Petite je n’aimais pas trop les transports en général (j’avais vite la nausée). Le rituel infernal des questions « c’est quand qu’on arriiiiiive ? c’est encore loin ?? » et « maman, j’ai envie de vomir/faire pipi » ou les chamailleries avec mes sœurs avaient le don d’agacer mes parents. Je ne pouvais pas lire, ni jouer en voiture au risque de vomir mon petit déjeuner. Tout cela faisait que les trajets me paraissaient durer une éternité.
J’ai quand même de très bons souvenirs, ou l’on chantait à tue-tête, ou l’on jouait au jeu compter les voitures d’une couleur choisie, ou on regardait les plaques d’immatriculations des autres voitures et on cherchait d’où elles venaient, le jeu du devine à quel mot je pense, en posant des questions avec pour réponses oui ou non. De bons fous rires lors des pauses pipi sur le bord de la route !
Je vous partage ce qu’on a mis en place, nos idées, et notre expérience. Mais bien entendu, ce n’est pas une recette miracle car ce que nous avons mis en place s’appliquaient à nos enfants à ce moment-là. Et d’ailleurs la prochaine fois, ils auront grandi et cela fonctionnera peut être moins ou différemment.

Astuce 1 : Voyager sereinement
Nous avons veillé à ce que notre conducteur (papa ici) se soit bien reposé la veille.
Nous avons veillé à ce que les enfants soient bien attachés en permanence durant les trajets et dans des sièges autos adaptés et conformes au norme en vigueur.
Nous avons veillé à ce que les valises, les sacs soient bien rangés et organisés dans la voiture afin d’éviter (en cas de freinage brutal) qu’ils viennent cogner.

Astuce 2 : Impliquer les enfants dans la préparation du voyage
expliquer : Nous leur avons expliqué la destination, et montré sur une carte toute la route que l’on allait faire. Nous leur avons montré le point de départ et d’arrivée sur la carte. Notre fille était tout a fait consciente de la distance, du temps même si on sait que les enfants n’ont pas le même rythme et la même perception du temps que nous adulte, c’est intéressant de le faire. Elle a d’ailleurs répété plusieurs fois le fait de faire beaucoup de route comme pour bien l’assimiler.
impliquer : Nous lui avons proposé également de faire ses bagages, choix des vêtements proposés et jeux, jouets choisis.
Prévenir : Nous avions prévenu les enfants que l’on partirait très tôt le matin, et qu’il ferait nuit. Qu’il resterait en pyjama durant le trajet pour faciliter la transition du lit a la voiture. Pour éviter de leur créer des inquiétudes.
Nous avons pris la route vers 5h du matin. On savait à peu près à quels moments on s’arrêterait et ou pour effectuer nos pauses.
Rythme : L’enfant a une journée rythmée dans son quotidien, cela le rassure. On a donc rythmé le trajet, avec pause dodo, écoute de musique comptines histoires, jeux, dessins sur ardoise effaçable, temps de repas, sieste etc…
On avait prévu le petit déjeuner (compotes à boire/gâteaux) et le repas de midi à l’avance sous forme de piquenique.
Surtout pour nous éviter l’attente, le bruit, le monde dans une aire d’autoroute ou cafeteria, pour anticiper les intempéries, pannes ou embouteillages qui auraient pu retarder notre trajet.

Astuce 3 : Faire des pauses régulières
Une des règles de sécurité pour le conducteur est de faire des pauses, (toutes les deux heures maximum et 15 minutes minimum). C’est une règle de sécurité pour le conducteur, mais c’est aussi le temps maximum qu’un enfant peut supporter, assis dans la même position. Bon du coup, nous on en a fait moins que prévu puisque les enfants étaient calmes dans la voiture.
On a privilégié des lieux de pause où chacun pouvait se défouler et courir à sa guise. On profitait de ces temps pour changer le plus petit, grignoter un gâteau, faire des gros câlins, pour s’aérer et souffler un peu.

Astuce 4 : un minimum d’organisation pour rouler sereinement
Nous avons organisé notre voiture, prévu oreillers, plaids pour chaque enfant pour qu’ils puissent se rendormir au chaud le plus confortablement possible, et sans oublier le doudou (objet transitionnel ô combien important). On avait aussi prévu un « sac de survie ». J’ai pris un sac a dos pour avoir tous sous la main. Si ils demandent pendant le voyage et pour éviter de s’arrêter toutes les 5min. Dans ce sac, il y avait de quoi changer mon petit bonhomme, de quoi boire, de quoi manger, des mouchoirs. On n’avait pas prévu de rechanges dans la voiture, j’en glisserais au cas ou dans le sac la prochaine fois.

Astuce 5 : Gérer le mal des transports
Pour éviter le mal de transport, il est préconisé de manger et de ne pas partir le ventre vide mais bon a 5h du matin, on n’avait pas envie de manger donc on a fait notre pause déjeuner vers 8h. Il vaut mieux éviter le lait et boissons trop sucrées, (cela tombe bien, mes enfants ne boivent pas de lait ou un peu de lait d’amande de temps en temps et nous n’achetons pas de boissons sucrées).
Quand notre poupette est prise de mal de cœur, elle devient pâlotte, elle nous prévient assez vite maintenant ce qui nous laisse le temps de vite réagir. On lui dit de regarder devant elle, on aère le véhicule et parfois même on s’arrête. On prend l’air, on se dégourdit les jambes et ça va mieux ensuite. On essaye aussi de lui changer les idées, en faisant un jeu, ou en écoutant une histoire. Mais souvent lorsqu’elle nous prévient, il est trop tard, elle n’est déjà plus réceptive à grand-chose et vite dépassée par son mal être.
Il existe quelques médicaments (homéopathiques ou non) qui peuvent aider à passer un voyage plus agréable. On ne lui donne rien pour l’instant, ( je vous laisse consulter votre médecin traitant ou votre pharmacien pour plus de renseignements).
On prévoit toujours une bassine, un pot au cas ou avec des serviettes et torchons.

Astuce 6 : Les occuper
Lors de la préparation des valises, nous leur avons laissé le choix entre plusieurs jeux que nous avions au préalable sélectionné pour éviter trop d’abus et pour limiter la quantité dans leurs sacs à dos. Ils avaient donc l’ardoise à dessin, des fidgets à manipuler, quelques poupées, (je vous conseille vivement d’éviter les poupées ou jouets qui font du bruit, cela peut vite devenir infernale dans la voiture, totalement testé et totalement désapprouvé 😉 ). Nous avions prévu des cd de nos chanteurs favoris, de comptines, d’histoires.

Notre liste de cd comptines et histoires ici

On a évité les jeux de construction (lego, magformers) qui ne font que tomber à leurs pieds et qu’on ne peut pas ramasser. Il existe des plateaux de voyages pour enfant (photo ci-dessous) que l’on peut disposer sur les genoux ou accrocher au siège auto.

Nous avons celui-ci mais on a jugé nos enfants trop petits et ils peuvent aussi se sentir oppressé avec ça sur leurs genoux. Je pense que ce plateau peut être très pratique avec des enfants plus grands.

On a évité les livres, les feuilles de papiers et coloriage ! mais cela peut fonctionner avec certains enfants plus grands et qui ne sont pas malades en voiture.
On a fait des jeux d’observation sur la route, ce qu’on voyait dans le paysage, les voitures etc. On se racontait des histoires.
On a essayé de rester le plus possible connecté à eux. On leur a laissé aussi du temps libre (ou on n’intervenait pas) ou ils pouvaient dessiner tout en écoutant les histoires à la radio.
Nous ne sommes pas trop adeptes de jeux électroniques ou dvd en voiture. Cependant au retour, on a senti que notre puce commençait vraiment à saturer à 1h de l’arrivée ! Nous avions épuisé toutes nos cartes (toutes nos idées citées plus haut). Du coup, pour éviter un cataclysme apocalyptique intersidéral dans la voiture, on a convenu qu’elle pouvait regarder 30 min des dessins animés sur le téléphone. Et ça c’était en dernier recourt . Notre dernier recourt à ce moment là.

Astuce 7 : Gérer les conflits
On a eu très peu de conflits sur le trajet aller, un peu plus au retour à la fin. On leur a proposé de s’occuper chacun de leur côté avec leurs jouets. Et on a convenu de faire une pause à ce moment là pour éviter tout débordements.

Voilà donc quelques pistes qui pourront peut-être vous aider. Il n’y a pas de formule magique, juste beaucoup d’attention, de calme. Plus nous sommes sereins, plus eux le sont aussi.

Si vous avez d’autres astuces à partager, notifiez les  moi en commentaires sous cet article.

Faites Bon voyage ! 

Faites bonne route ! 

 Passez de bonnes vacances !

Delphine jardinière de l’imaginaire

 

#voyage #voyageravecdesenfants #astuces #trajetenvoiture #vacancesettrajet #occuperlesenfantsenvoiture #occuperlesenfantsentransport #securité #organisation #vacances

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune femme de 34 ans, je travaille depuis plus de 10 ans auprès d'enfants de 0 à 12 ans. Je suis aussi maman de deux enfants. Le mot qui me décrit le mieux est "créative". Je peux vous bricoler un bidule aussi farfelu qu'utile avec trois fois rien, une madame macgyver du bricolage. J' adore inventer, créer, fabriquer, raconter des histoires aux enfants pour semer des petites graines magiques dans leurs esprits, mais aussi dans le but de les aider à traverser certaines périodes de leur développement, notamment pour leur apprendre à gérer leurs émotions. Je m'amuse à m’appeler moi-même "la jardinière de l'imaginaire". J'écris aussi des poèmes, adore être dans la nature et surtout l'observer. La nature est pour moi, autant que les enfants le sont, une grande source d'inspiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *